language

The Guikas Collection | Lot 135

1976 Renault-Alpine A442

€4,000,000 - €5,000,000 EUR | Offered Without Reserve

$4,650,000 - $6,000,000 USD

£3,400,000 - £4,250,000 GBP

France | Le Castellet, France

19 November 2021


Buyer's Premium for this lot is:
  • 15% of the hammer price up to and including €200,000
  • 12.5% of the hammer price in excess of €200,000
Inquire Shipping Catalogue
Chassis No.
4422
  • One of just four Renault-Alpine A442s built
  • Two-time entrant at the 24 Hours of Le Mans in 1977 and 1978
  • One of three A442s raced in the 1978 Le Mans, Renault’s first Le Mans victory
  • The only A442 privately owned outside of the Renault Factory
  • Raced in period at Imola, Le Mans, Monza, and Mosport
  • Formerly on display in the Musee de l’Automobiliste in Mougins, France for over 25 years
  • Highly eligible for historic racing with many spare parts
§
Please note that this lot is sold on a Bill of Sale.

Conceived as the successor to the Alpine A440 and A441—the prolific podium mainstays of European endurance racing in the 1970s—the A442 is one of the first to wear the Renault-Alpine badge following the merger between Renault, Alpine and the tuning firm, Gordini. The A442 was the first vehicle that the newly formed outfit would field on the racetrack and like its Alpine predecessors, the race car is powered by the Renault-Gordini V-6 2.0-litre engine. However, what would differentiate the A442 from previous models is the Garrett turbocharger that almost doubled its power output from 270 brake horsepower to a breath-taking 490 brake horsepower. Renault-Alpine built just four examples of the A442: chassis 4420, chassis 4421, chassis 4422, and 4423.

On 25 April 1976, this car, chassis number 4422, would make its first race appearance, driven by Henri Pescarolo and Jean-Pierre Jarier racing under number “1” at the 4 Hours of Monza, competing in the Trofeo Filippo Caracciolo. Chassis 4422 qualified 3rd and achieved an impressive 2nd place overall finish. The following month, chassis 4422 raced by Scheckter and Pescarolo under number “3” at the Imola 500 kilometres, a race it would score a DNF. From 12 to 13 June, chassis 4422 is believed to have made its first appearance at Le Mans, used in practice sessions as car number “19”. On 27 June, chassis 4422 would race in the Coppa Florio under number “2” driven by Jacques Laffite and Patrick Depailler. The race was held at the Autódroma di Pergusa where the car achieved pole position in qualifying but unfortunately did not finish the race. Nearly two months later, chassis 4422 raced in the World Sports Car Championship at Mosport on August 22nd. Racing under number “1” and driven by Patrick Depailler the car qualified 4th and would eventually finish the race in the same position. On 5 September chassis 4442 was raced in the Dijon 500 Kilometres held at the Circuit des Dijon-Prenois. For this race the car was campaigned under number “4” and piloted by Jacques Laffite and Patrick Depailler. The car qualified 1st and would finish the race in 2nd place.

All four A442s were fielded by Renault-Alpine in the 1977 24 Hours of Le Mans. Chassis 4422, donned racing under number “8” and the Renault/Elf sponsorship livery. Team drivers for the race were Jacques Laffite and Patrick Depailler. Chassis 4422 would qualify second, behind only number “9” A442 driven by Jean-Pierre Jabouille and Derek Bell. Unfortunately, none of the A442s would finish the race, each retiring early due to engine problems. Chassis 4422 was the last to retire, completing 289 laps.

For the 1978 Le Mans, Renault-Sport would return, this time fielding two A442As, one A442B, and one A443. Determined to prove Renault’s ability to succeed at Le Mans, the race also served as a bid to prove the team’s mettle to Renault executives, who had sought to wind down Le Mans racing to focus solely on the Formula 1 team. Car number “3” was driven by Derek Bell and Jean-Pierre Jarier, it qualified 6th and would unfortunately DNF, completing 162 laps before retiring due to gearbox problems. Car number “1” was driven by Jean-Pierre Jabouille and Patrick Depailler, qualified 2nd and would nearly finish the race, completing 279 laps before retiring due to mechanical failure. Car number “4”, driven by Jean Ragnotti, Guy Frequelin, Jose Dolhem, and Jean-Pierre Jabouille, qualified 8th and would finish the race 4th having completed 359 laps. Car number “2”, the sole A442B, was piloted by Didier Pironi and Jean-Pierre Jaussaud. They would start the race in 5th and go on to secure Renault’s first overall victory at the famed 24-hour race. Their 370 completed laps were five more than the 2nd-place Martini Porsche 936 driven by Bob Wollek, Jurgen Barth, and Jacky Ickx. This historic result marked what would be the first and only Le Mans victory for Renault to date. With the renowned French marque winning the most prestigious race in motorsport, celebrations ensued across the country, highlighted by a parade in which the winning number “2” car was driven down the Champs-Élysées in Paris.

Following the 1978 Le Mans, chassis 4422 was owned by Jean Sage, who served as the director of the Renault Formula 1 team from 1977 to 1985. Mr. Sage, who would later become famous as a race manager for Ferrari’s F40 LM efforts as well as the race director/founder of the Ferrari Historic Challenge series, subsequently sold chassis 4422 to Adrien Maeght who would go onto display the car in his Musee de l’Automobiliste in Mougins, France for over 25 years. The car was then acquired from Mr. Maeght by Mr. Guikas in 2014, and it has been on static display in his collection ever since. Mechanically restored, we had the pleasure to see the car running on the Paul Ricard racetrack for the photo and video shooting.

Despite there being just two factory supported Renault cars in the 1978 Le Mans, the identity of the actual winning car has been in question for years. However, evidence on file compiled by Pierre Abeillon provides a compelling argument to it being this car. Over a period of 20 years Mr. Abeillon was able to compile evidence and inspect each Renault-Alpine A442 in person as a judge at the Goodwood Festival of Speed and various other events. Mr. Abeillon first noted that each A442 car exhibited unique features, as each car was hand-built. In particular, Abeillon took photographs of the rivets securing the chassis plate above the pedal boxes of each car and compared them to a period photograph of the winning Le Mans car with the body off and pedals exposed. What he discovered was that chassis 4423’s rivets do not match the rivets in the period photograph of the winning Le Mans car. The rivet pattern on chassis 4422, this car, has a rivet pattern that is identical to that of the Le Mans winning car. It should be noted that Renault disputes the fact that 4422 is the 1978 Le Mans winner, which they believe to be 4423; one of the main arguments being the presence on the A442 B and A443 of a bracket, welded to the chassis, that holds the bubble lock, and this bracket is not on 4422. RM Sotheby’s invites all interested parties to review the documentation on file for 4422.

As the only Renault-Alpine A442 in private hands, 4422 presents a unique opportunity for collectors to acquire one of the most successful sports racers of the late 1970s. Still in “time capsule” condition, 4422 remains virtually unaltered from 1978. Coming with a comprehensive spares package, including several spare engines and assorted other parts, 4422 could be prepared to make a glorious return to the track should the next caretaker wish to bring the car back to Circuit de la Sarthe in Le Mans or other historic racing venues.

---

L'une des quatre Renault-Alpine A442 construites

Engagée deux fois aux 24 Heures du Mans, en 1977 et 1978

L'une des trois A442 du Mans 1978, première victoire de Renault au Mans

La seule Renault Alpine A442 en mains privées

Engagée en son temps à Imola, au Mans, à Monza et au Mosport

Autrefois exposée pendant plus de 25 ans au Musée de l'Automobile de Mougins

Totalement éligible aux courses historiques et dotée de nombreuses pièces de rechange

L'A442 a été conçue pour succéder aux Alpine A440 et A441, ces généreux piliers de podium des courses d'endurance européennes des années 1970 ; elle est l'une des premières à porter l'appellation Renault-Alpine, du fait de la fusion survenue entre Renault, Alpine et le préparateur Gordini. C'est elle que la nouvelle équipe engagea la première sur les circuits ; de même que les Alpine qui l'avaient précédée, elle était motorisée par le V6 Renault-Gordini de 2,0 litres. Mais ce qui différenciait l'A442 de ses devancières était le turbo Garrett qui venait presque doubler sa puissance, la faisant passer de 270 ch à un époustouflant 490 ch. Renault-Alpine n'a construit que quatre exemplaires de l'A442, les châssis 4420, 4421, 4222 et 4423.

Le 25 avril 1976, cette voiture, le châssis 4422, fit sa première apparition en course ; elle était aux mains d'Henri Pescarolo et de Jean-Pierre Jarier et courait sous le numéro 1 aux 4 Heures de Monza, dans le Trophée Filippo Caracciolo. Elle se qualifia troisième et décrocha une impressionnante place de deuxième au général. Le mois suivant, pilotée par Scheckter et Pescarolo et portant le numéro 3, elle courut les 500 km d'Imola, où elle dut abandonner. On pense qu'elle fit une première apparition du 12 au 13 juin au Mans, sous le numéro 19, pour des essais. Le 27 juin, elle courut la Coppa Florio sous le numéro 2, pilotée par Jacques Laffite et Patrick Depailler. L'épreuve se déroulait sur le circuit de Pergusa ; elle se qualifia en pôle position mais ne put malheureusement pas terminer la course. Près de deux mois plus tard, le 22 août, ce châssis 4422 participa sous le numéro 1 au Championnat mondial des voitures de sport, sur le Mosport. Pilotée par Patrick Depailler, la voiture se qualifia quatrième et termina la course avec le même classement. Le 5 septembre, elle courut les 500 km de Dijon, sur le circuit de Dijon-Prenois. Elle avait été engagée sous le numéro 4 et était pilotée par Jacques Laffite et Patrick Depailler. Elle se qualifia première et termina la course en deuxième position.

Les quatre A442 furent toutes engagées par Renault-Alpine aux 24 Heures du Mans 1977. Le châssis 4422, aux couleurs du partenariat Renault/Elf, portait le numéro 8 et était piloté par Jacques Laffite et Patrick Depailler. Il se qualifia deuxième, précédé uniquement par l'A442 numéro 9 de Jean-Pierre Jabouille et Derek Bell. Mais malheureusement, aucune des A442 ne termina, chacune abandonnant rapidement pour incident moteur. Le châssis 4422 fut le dernier à abandonner, après avoir effectué 289 tours.

Renault-Sport revint au Mans en 1978, avec deux A442A, une A442B et une A443. Il s'agissait de prouver la capacité de Renault à gagner au Mans et de convaincre les patrons de Renault de la détermination de l'équipe, alors que ceux-ci voulaient abandonner Le Mans au profit de la seule Formule 1. La voiture numéro 3, pilotée par Derek Bell et Jean-Pierre Jarier, se qualifia sixième mais ne put malheureusement terminer ; elle dut se retirer après 162 tours sur incident de boîte de vitesses. La numéro 1, pilotée par Jean-Pierre Jabouille et Patrick Depailler, se qualifia deuxième et faillit terminer, ne se retirant qu'après 279 tours sur incident mécanique. La numéro 4, aux mains de Jean Ragnotti, Guy Fréquelin, José Dolhem et Jean-Pierre Jabouille, se qualifia huitième et termina quatrième, après 359 tours. La numéro 2, la seule A442B, était pilotée par Didier Pironi et Jean-Pierre Jaussaud. Ils démarrèrent en cinquième position et poursuivirent jusqu'à assurer la première victoire de Renault à cette célèbre épreuve de 24 heures. Avec leurs 370 tours, ils avaient cinq tours d'avance sur la deuxième voiture, la Martini Porsche 936 de Bob Wollek, Jurgen Barth et Jacky Ickx. Ce résultat historique représente la première et, à ce jour, la seule victoire de Renault au Mans. Ce succès d'une marque française réputée dans la plus prestigieuse épreuve du sport automobile engendra d'un bout à l'autre du pays de nombreuses célébrations, culminant par une descente des Champs-Elysées effectuée par la numéro 2 victorieuse.

Après Le Mans 1978, le châssis 4422 était la propriété de Jean Sage, directeur de l'équipe de Formule 1 Renault de 1977 à 1985. M. Sage, qui se fit par la suite connaître comme directeur de course de la Ferrari F40 LM et comme fondateur et directeur de course du Ferrari Historic Challenge, revendit ensuite la voiture à Adrien Maeght, qui l'exposa pendant plus de 25 ans dans son Musée de l'Automobile de Mougins. Puis M. Guikas la racheta à M. Maeght en 2014, date depuis laquelle elle est en exposition statique dans sa collection. Elle est mécaniquement restaurée, et nous avons eu le plaisir de la voir rouler sur le Circuit Paul Ricard pour nos prises de vues.

Bien qu'il n'y ait eu que deux voitures d'usine de Renault engagées au Mans 1978, l'identité de celle qui a remporté l'épreuve est sujette à discussions depuis des années. Mais des preuves présentes au dossier constitué par Pierre Abeillon amènent un argument fort en faveur de cette voiture. Pendant vingt ans, M. Abeillon a pu en effet réunir des preuves et inspecter personnellement chaque Renault-Alpine A442 en sa qualité de juge du Goodwood Festival of Speed et d'autres évènements. Il a remarqué que chaque A442 présentait des caractéristiques propres, car chacune avait été construite à la main. En particulier, il a pris pour chacune des photos des rivets de fixation de la plaque d'identification du châssis, au-dessus du pédalier, et les a comparées à des photos d'époque de la voiture victorieuse au Mans, prises carrosserie déposée et pédales visibles. Il a découvert que la disposition des rivets du châssis 4423 ne correspondait pas à celle de la voiture victorieuse au Mans, telle que le montrent les photos d'époque, mais que celle de notre 4422 lui était identique. On notera toutefois que Renault conteste le fait que le châssis 4422 soit le vainqueur du Mans 1978, et pense que c'est le 4423. L'un des principaux arguments est la présence sur la A442B et la A443 d'un support soudé au châssis, chargé de maintenir le verrou de la bulle, alors qu'il n'y en a pas sur le 4422. RM Sotheby’s invite les personnes intéressées à consulter la documentation présente au dossier du 4422.

Seule Renault-Alpine A442 détenue par un particulier, la 4422 représente pour les collectionneurs une occasion unique d'acquérir l'une des voitures de course les plus titrées de la fin des années 1970. Préservée des atteintes du temps, elle est quasiment intacte, telle qu'elle était en 1978. Elle est proposée avec de nombreuses pièces de rechange, dont plusieurs moteurs et d'autres pièces d'accompagnement ; elle pourrait faire l'objet d'une préparation lui permettant d'effectuer un retour glorieux sur les pistes si son prochain gardien souhaitait la ramener sur le Circuite de la Sarthe du Mans ou tout autre lieu de courses d'époque.

Blog posts

Suggested lots